ADOPTEZ DE FAÇON RESPONSABLE

ADOPTEZ DE FAÇON RESPONSABLE

Par Dunia Rahwan

Adopter un chien est un privilège, mais c’est aussi une énorme responsabilité. Depuis des années, nous sommes appelés à respecter et à satisfaire leurs besoins, à nous engager pour leur éducation et à prendre soin d'eux, même lorsqu'ils deviennent âgés. Adopter un chien change votre vie, certes pour le mieux, mais cela implique aussi une série de tâches non triviales, dont on ne pourra jamais échapper.

 

 

LES ANIMAUX NE SE DONNENT PAS

C'est donc une mauvaise idée de donner un animal, que ce soit un chien, un chat, un hamster ou un écureuil volant : vous ne donnez pas une responsabilité, mais vous choisissez de l'assumer. Recevoir un chiot tout doux le jour de Noël pourrait nous faire crier de joie, puis il commencera à laisser des souvenirs partout dans la maison, il prendra du temps et de l'attention, et sera un énorme investissement émotionnel et financier. En y réfléchissant, c'est un cadeau trop exigeant s'il n'est pas explicitement demandé. Si, en revanche vous décidez d'adopter de manière autonome, vous pourrez profiter des longues vacances de Noël pour mieux gérer l'inclusion du nouvel animal dans le groupe social dans lequel il évoluera.

Nous avons atteint un aspect crucial dans l'adoption : comprendre quel chien nous convient le mieux.

 

LES CHIENS NE SONT PAS TOUS SEMBLABLES

Les chiens ne sont pas tous pareils, imaginez le Chihuahua à côté du Dogue Allemand. Qu'il soit de race pure ou métisse, qu’il soit issu d’un mélange plus ou moins complexe de races, le chien est généralement choisi pour des raisons esthétiques, alors que cela devrait être le dernier paramètre à analyser car chaque race a ses propres traits de caractère et il est nécessaire de comprendre ce qui définit chaque race pour identifier le type de chien qui convient le mieux au mode de vie de la famille. C'est un puzzle, et les pièces doivent s'emboîter parfaitement ! Le bon chien pour une famille peut être ingérable dans une autre. Par exemple, il est risqué d'adopter un chiot s'il est amené à rester seul pendant de nombreuses heures, dans ce cas il est préférable d’adopter un chien adulte, ou de prendre un chien plus tard. Une fois que nous avons identifié le chien de nos rêves, nous devons le trouver.

 

COMMENT TROUVER LE BON CHIEN ?

L'adoption d'un chien est souvent prise à la légère : vous réservez sur internet, achetez en magasin ou choisissez dans un élevage sélectionné au hasard, et la charge émotionnelle nous éloigne des chenils. Combien de fois ai-je entendu la phrase "si je vais au chenil je les ramènerai tous à la maison", mais ce n'est pas nécessaire : un animal suffirait ! La visite dans ce type d’endroit paraît effrayante, on craint les yeux tristes derrière les barreaux, mais si nous pouvions prendre notre courage à deux mains et essayer d’y aller, nous pourrions trouver un des nombreux trésors cachés dans le chenil, une mine de joyaux oubliés.

Pour acheter un animal, une enquête préalable consciencieuse est requise et le choix le plus éthique est fait car derrière l'adoption d'un chien, des histoires de maltraitance et de trafic illicite imputables à la « Zoomafia » peuvent se cacher. Ce sont des éléments qu’il ne faut pas prendre à la légère. Selon le rapport Eurispes Italie 2021, les animaux sont entrés dans nos maisons en cadeau dans 20,7% des cas tandis que 19,3% provenaient de chenils, 17,1% de la rue, 13% de l'élevage, 12,3% des animaleries, 11,4% ont été achetés par des connaissances ou particuliers, 5,7% ont gardé l'enfant de l'animal et, enfin, 0,5% ont été achetés sur le web. Selon la recherche, plus de 37% des animaux de compagnie italiens ont donc été achetés.

 

LE TRAFIC DE CHIOTS

En Europe, le trafic de chiots, notamment en provenance des pays d'Europe de l'Est, est l'un des phénomènes de zoomafia les plus alarmants selon le rapport Zoomafia 2021 du Lav. Les frontières des pays européens sont franchies chaque année par environ 46 000 chiens, dont la moitié sont des immigrants illégaux avec des documents contrefaits et on ne sait pas où ils sont nés ni comment ils ont vécu les premiers mois de leur vie jusqu'à l'adoption. Selon l'étude "Sur le bien-être des chiens et chats impliqués dans la pratique commerciale", financée par la Commission européenne, le commerce de ces chiots génère une valeur totale de 5,5 millions d'euros chaque mois, mais le LAV estime que la valeur réelle est plutôt le double. Une entreprise qui devient le fer de lance des zoomafias.

 

LE BUSINESS DE LA SOUFFRANCE

Dans le pire des cas, les chiots du marché, surtout s'ils viennent de pays de l'Est comme la Hongrie, sont élevés dans des conditions pitoyables et doivent faire face à des trajets interminables entassés dans des camionnettes et des coffres. La mortalité infantile est très élevée et les chiots achetés pour peu d'argent au chenil, en boutique ou sur le web sont souvent malades, avec de faux livrets et pedigrees, donc l'argent économisé dans l'achat est ensuite investi dans des soins médicaux coûteux. Sans parler de la peine que l'on ressent à les voir souffrir...

En pensant à l'aspect comportemental, il est essentiel qu'un chiot grandisse avec sa mère ainsi que ses frères et sœurs dans un environnement approprié, sans ressentir de peur ni de souffrance. Au cours des deux premiers mois de sa vie, le petit chien apprend à communiquer avec ses pairs et apprend les règles sociales de la meute, mais s'il est arraché trop tôt à sa mère, comme cela arrive souvent dans le trafic de chiots, il perd une partie importante de l'enseignement et à l'avenir peuvent manifester des troubles du comportement.

Selon une étude de la BBC, depuis le début de la pandémie, l'offre de vente de chiots sur les réseaux sociaux a augmenté, avec une augmentation des fraudes et des escroqueries. Je vous donne un conseil : quand le chiot est en vente à découvert sur internet, avec remise en mains propres à un carrefour d'autoroute, oubliez ça, il est alors très facile de cacher quelque chose de mauvais.

AnimalsAreNotGifts_blog-02

 

CHIOTS EN MAGASIN

L'adoption en magasin est à considérer avec attention. Prenez en compte le fait que le chiot dont vous êtes tombé amoureux a passé des semaines dans une vitrine lumineuse, offerte aux clients qui, l'un après l'autre, évaluent l'achat en le prenant dans leurs bras et en jouant avec lui. Ici, j'ouvre une parenthèse nécessaire : lorsque nous touchons un chien inconnu, nous le rendons presque toujours mal à l’aise car les chiens ne connaissent pas notre façon simiesque de communiquer l'amour, de nous étreindre et de nous tenir, ce sont des canidés et ils ont d'autres façons de rejoindre le groupe social, la meute, par exemple, ils se mordillent, se lèchent et dorment accrochés les uns aux autres.

De plus, les chiots à vendre partagent souvent le même espace sans la supervision d'un adulte qui formerait des interactions sociales, ce n’est donc pas éducatif. Dans la nature, au contraire, ils restaient en famille et apprenaient sous l'œil vigilant de leurs parents et de leurs frères et sœurs plus âgés. Cependant, pour un chiot confiné dans un magasin, la route vers une croissance équilibrée est toute en montée. C'est également pour cette raison que plusieurs pays ont décidé d'interdire la vente d'animaux dans les commerces, plus récemment la France qui mettra en œuvre la nouvelle loi à partir du 1er janvier 2024.

 

COMMENT SÉLECTIONNER L'ÉLEVAGE

Les amoureux d'une race précise, que je comprends, étant un fanatique d'épagneul breton, ont deux possibilités : rechercher le chien dans les groupes de secours présents sur les réseaux sociaux dédiés à la race, sélectionner ceux que l'on peut aller rencontrer en personne, ou acheter le chien à l'élevage. Attention cependant, il y a élevage et élevage ! Si certains exploitent les animaux à des fins économiques, d'autres privilégient le bien-être des chiens, sont de profonds connaisseurs des demandes et caractéristiques de la race et prévoient des portées dans le respect des animaux adultes et des nouveau-nés.

Voici quelques conseils pour sélectionner un bon élevage : la première fois, allez en personne pour demander des informations et regardez autour de vous pour voir si les animaux ont assez d'espace et sont propres, s’ils sont en bonne santé, s'ils ont un tempérament équilibré et la manière dont ils se comportent vis-à-vis des éleveurs : les les aiment-ils ou les craignent-ils ? Jetez un coup d'œil dans les cages et les enclos, vérifiez les bols et s'il y a des jeux ou d'autres types d'enrichissement de l'environnement. Lorsque vous aurez choisi le chenil, suivez le parcours de croissance du chiot, rencontrez les parents et visitez plusieurs fois la portée avant l'adoption. De cette façon, vous apprendrez à vous connaître, avec l’animal et les éleveurs, et vous vous assurerez que le futur membre de la famille grandit au mieux.

 

LES TRÉSORS SONT DANS LE CHENIL

Le premier endroit où chercher un chien à adopter devrait être le chenil ou les refuges de votre région. En Italie, plus de 100 000 chiens attendent une famille, et choisir d'en accueillir un est un choix éthique qui contraste avec le phénomène de l'errance en réduisant la demande de chiots de race pure, souvent d'origine illicite. Dans la recherche, ne vous laissez pas guider par les émotions mais par des experts en comportement canin capables de « lire » les chiens et de vous orienter vers celui qui correspond le mieux aux attentes et au mode de vie de la famille. S'il n'y a pas d'éducateur canin dans le chenil, faites-vous accompagner lors de la visite par un professionnel extérieur : c'est une précaution qui pourrait vous éviter les problèmes engendrés par une mauvaise adoption.

Rencontrez toujours le chien en personne avant de l'accueillir dans la maison ; par conséquent, je vous conseille de ne pas adopter par le biais de publicités en ligne, souvent plus larmoyantes que descriptives des animaux, pour éviter de vous retrouver face à un chien complètement différent de celui imaginé. Cela m'est arrivé avec Vilma, ma petite bretonne de 12 ans qui a été adoptée de manière irresponsable il y a 9 ans : l'annonce disait "un an, parfait avec des chiens, des gens, des enfants et en laisse, même une première expérience !" et je l'ai faite arriver à Milan depuis Sorrente avec un relais. Moralité : Vilma avait au moins trois ans, elle avait peur de tout et de tout le monde, elle n'avait jamais vu de laisse, et sur le plan sanitaire elle est neurologique, épileptique et aussi incontinente. Pour moi c'est la huitième merveille, mais je vous assure que les premières années n'ont été ni simples ni bon marché.

 

CONSEILS D'ACCUEIL

Durant les premiers mois de l'adoption, l'aspect le plus important est de construire une relation de confiance et d'amitié. Nous devons devenir un guide pour le chien, une référence stable. Le nouvel ami n'a pas à nous obéir parce qu'il nous craint, il est donc préférable de récompenser les bonnes actions et d'ignorer les points négatifs car le chien a soif de lien social, et l'ignorer est souvent la pire punition. Dès son arrivée à la maison, le chien a besoin de temps pour s'installer : le chiot vit le traumatisme de la séparation d'avec sa mère et ses frères et sœurs, tandis que l'adulte a laissé un passé au chenil, dans la rue ou dans une autre famille pour quelque chose d'inconnu. Dans les deux cas, les peurs et les besoins doivent être écoutés et respectés. Le premier mois de l'adoption, mieux vaut se consacrer à observer le nouveau membre de la famille, apprendre à le connaître sans trop lui en demander. On aura le temps de lui apprendre à s'asseoir, à se promener sans tirer, à rester toujours en attente de la gamelle, mais pendant les 30 premiers jours, ne lui demandez rien, si ce n'est de commencer à croire en vous.

 

Lire aussi :

Les alternatives pour ne pas offrir un animal comme un cadeau de Noël

Leave a Comment